Charleston, Quickstep : à la limite des danses acrobatiques

Au cours de l’histoire, l’Homme n’a cessé de voir naître ce qui n’était pas encore et vouloir faire évoluer ce qui était déjà. Cette manie exhaustive à chercher l’évolution se remarque sur tous les plans. Grâce à la créativité, la passion et le rythme entrainant de la musique, la danse connut donc un bon nombre de variétés classifiées sous différents critères. Par ces innombrables variétés sont nés plusieurs autres styles qui traverseront générations après génération, mariant la musique et l’usage du corps. Les pas et figures plus ou moins sportives du Charleston et du Quickstep firent qu’ils se démarquent dès lors.

L’histoire du Charleston et le Quickstep

Le Charleston vit le jour aux USA en Caroline du Sud durant les premières décennies du XXe siècle. Nommé comme la ville où il a été créé, il avait comme précurseurs les citoyens noirs américains, étant à l’époque des esclaves. Il s’adonnait à l’expansion du jazz dans tout le pays et se rendait unique par ses pas très laborieux. Dans la foulée, le Quickstep, la variante rythmée (rapide) du Foxtrot venait d’être séparé du Slow Fox. Il se fit prendre en controverse et s’inspira grandement  du Charleston dans son élan d’énergie et de liberté. Les deux styles proches des danses acrobatiques animèrent soirées, grands spectacles et même compétitions.

Les caractéristiques de ces styles

Le Charleston peut se danser seul, avec un partenaire et même en groupe, prêtant les chansons les plus cadencées du jazz. Les mouvements chorégraphiés se basent sur un déversement du poids du corps d’une jambe à l’autre avec les genoux prestement pliés. Les petits sauts, les grimaces et gestes démesurés considérés comme immoraux étaient également caractéristiques à cette discipline. Le Quickstep quant à lui est une danse de salon, se dansant donc uniquement en duo. Un contact physique quasi permanent au niveau du tronc opère afin que les partenaires bougent en ne faisant qu’un. Les deux styles tendent vers des danses acrobatiques, mais le Quickstep est plus sportif encore avec ses figures complexes, sauts, chassés et jetés.

Le Charleston et le Quickstep aujourd’hui

À travers le temps, le Charleston comme le Quickstep eurent été en vogue pendant bien longtemps en donnant naissance à d’autres variantes. Le Charleston en particulier a engendré toutes les danses swing à Harlem, à savoir par exemple le jazz-roots. Le Lindy-Hop en est également une variante et les adeptes du Hip-Hop continuent de revisiter des figures de cette discipline. De ces deux styles perçus comme des danses acrobatiques, le Quickstep fut celui qui n’a jamais connu le silence. Classé danse standard, il est aujourd’hui encore dansé en compétition et ne perd pas sa valeur. Des événements ou lieux spécifiés permettent même de replonger dans le passé pour apprécier ces disciplines de danse.

Quelles sont les différentes danses de salon ?
Valse musette, anglaise, viennoise…tous les charmes des différentes valses